Nos destinations

Portable : 0694 23 74 42 | E-Mail : contact@atmosphere-amazonie.fr

LE PIRANHA

piranha

Le Piranha

PIRANHAS

(Piranha noir)

ORDRE DES CHARACIFORMES – Famille des Serrasalmidae.

Serra (à scie) Les Serrasalminae (piranhas) n’ont qu’une rangée de dents. Ces dernières sont tranchantes, triangulaires et articulées entre elles.

SERRASALMUS RHOMBEUS – Linné, 1766.

Piray de nuit, poson-sizo (Guyane) – Piranha preta (Brésil)


Description



Poisson de légende. C’est l’un des plus gros piranhas. Il pèse plus de 3kg pour 40 à 50 cm de long. Avec l’âge, le corps s’élève très fortement et l’œil diminue proportionnellement en changeant de couleur (de blanc, il devient rouge-vif avec une bande transversale noire). Chez les jeunes, le corps, très argenté, est tacheté avec l’opercule orange-vif. La nageoire caudale présente une bande noire à sa base et à son extrémité. Chez l’adulte, tout le corps est uniformément gris-bleu.

Biologie



C’est une espèce très commune et très abondante. Vivant en banc, les individus communiquent entre eux grâce aux grognements qu’ils émettent. S. Rhombeus fréquente les sauts, mais se capture aussi, à l’aide de viande ou de poisson, dans les zones profondes du lit principal des cours d’eau.
Essentiellement carnivore ( crabes, petits oiseaux, mammifères et lézards, coléoptères…) à prédominance piscivore. Les nageoires constituent l’essentiel de l’alimentation chez les sub-adultes, mais environ 10% de la nourriture est constitué de végétaux ( fruits, graines, fleurs, feuilles…). C’est ce comportement opportuniste qui lui permet de s’adapter à des biotopes très variés. Ce piranha est plutôt peureux et n’est pas agressif. Aucune attaque de baigneur n’a été signalée, même dans les zones où il est très abondant. En revanche, leurs puissantes mâchoires et leurs dents très tranchantes peuvent provoquer, lors de leur capture, de sérieuses blessures aux pêcheurs qui ne prendraient pas suffisamment de précautions

Distribution



Serrasalmus Rhombeus est bien connu du Venezuela, du Guyana et du Surinam. Dans l’Amazone, il occupe les affluents Nord. En Guyane, il constitue une des espèces dominantes du Maroni, de la Mana, de l’Oyapock, de l’Iracoubo et de la Counamama. Il est d’ailleurs absent des autres fleuves. En Amérique du Sud, il existe de très nombreuses variétés de Piranhas, depuis le plus féroce qui a fait la mauvaise réputation de l’espèce, jusqu’à des variétés inoffensives comme les pirayes.

Pêche du Piray



Les meilleurs moments de pêche se situent au lever du jour et à la tombée de la nuit mais sont également très actifs en pleine journée. La technique consiste à localiser les bandes de Piray en étant très mobile. On les pêche surtout à la viande et aux morceaux de poissons. Il se pêche également au mort-manié, au posé, mais aussi au streamer (une canne pour soie de 5 à 6 est suffisante) et à la cuillère, aux leurres de surfaces suivant leurs habitats..
On le prend toute l’année, mais en saison des pluies, sur les fleuves, il est plus difficile de le trouver, allant chercher une partie de la nourriture dans la forêt inondée. On le trouve sur certains fleuves et rivières, dans les zones bien oxygénées, dans les sauts, dans les contres courant, les bordures, dans les zones profondes et dans le lac de Brokopondo…
Sa défense est impressionnante, prenant remarquablement appui dans la moindre zone de courant. Bas de ligne acier de minimum 10 kg indispensable. Une attaque de Piranha rend souvent les lignes cisaillées quand ce n’est pas l’hameçon de 1 à 4/0 qui se trouve nettement sectionné. De plus, lors d’une prise, les congénères excités par le stress coupent tout ce qui bouge : nageoires, émérillons, le sillon du fil à la surface d’où les nombreuses casses. Le décrochage d’un poisson ou la relaxe d’un autre peut souvent faire cesser leurs activités.

Pêche en petit fleuve



Sur le fleuve Iracoubo et la rivière Counamama, on le pêche principalement aux appâts.
Canne pour les pêches fines à soutenir, genre sensitive, l’attaque du Piray pouvant être tatillonne, comme fulgurante. Montage simple : plombs de 10 à 60g suivant la force du courant, émerillons sans agrafes de couleur terne ou noir ou « noeud d’albright« , bas de ligne acier de minimum 10 kg indispensable.et hameçon n° 3/0 à 7/0 fort de fer suivant la marque.

Pêche dans les grands fleuves



On le pêche a la Cuillère avec une canne lancer léger de 2,70 m équipé en 30/100. Idéal pour ratisser les zones de saut : Mepps blanche, « la rasta » ( vert, rouge et jaune) N° 4 à 5, etc… Sur la Palumeu river au Surinam, on en prend régulièrement aux poppers et stick bait en cherchant l’Aïmara.

Pêche en grand lac de barrage



Sur le barrage de Brokopondo, au Surinam, se déplaçant en bandes, leurs agressivités sur les leurres et sur les streamers sont flagrantes. Ont les pêchent principalement en recherchant les Tucunarés (Peacock-Bass) car ils ne sont jamais bien loin. Sur les poppers lancer et fouettès, la technique est redoutable avec effet spectaculaire. De taille petite à moyenne, voir gros, il faut les ramener énergiquement pour provoquer la frénésie alimentaire du Piranha. Les brillants ont leur préférence. Il n’y a pas de Piranha sur le barrage de Petit Saut.

Technique Piray



Appâts

Canne pour les pêches fines à soutenir, genre sensitive, l’attaque du Piray pouvant être tatillonne, comme fulgurante. Un moulinet « baitrunner » n’est pas superflu pour les poses détente. Montage simple : plombs de 30 à 80g, émerillons ou « noeud d’albright », bas de ligne acier et hameçon n° 3 à 6/0 fort de fer.

Streamer

Une canne de 9 pieds pour soie de 8. Hameçons N° 1/0 à 6/0 fort de fer. Pour vos montages, choisissez des matériaux de couleur rouge, irisé ou brillant fortement englué de vernis cyano-acrylique (Stress et signal). Votre montage doit être des plus solides pour arriver à toucher plusieurs poissons avec le même streamers. Moucheurs, attention au raccord soie – bas de ligne et soie – backing…

Cuillère

Canne lancer léger de 2,70 m équipé en 28/100. Idéal pour ratisser les zones de saut : Mepps blanche, « la rasta » ( vert, rouge et jaune) N° 4 à 5, etc… Eviter les leurres souples en queues et préférer des brills solides. Mettre des hameçons triples ou simples solides.

Poppers

De taille petite à moyenne, il faut le ramener relativement énergiquement pour provoquer la frénésie alimentaire du Piranha. Les brillants ont leur préférence.

La Guyane en images

















Pin It on Pinterest

Share This